Icon Check Horaires Twitter Envoyer Recherche Lecture Linkedin Téléphone Facebook Email Devis Fermer Logo Cerfrance Long Arrow Arrow Agence Mon compte Information Téléphone
Toutes les actualités

26 août 2022 - Agriculture, Expert comptable & Conseil de gestion

Mettre à profit son budget prévisionnel

mettre-a-profit-son-budget-professionnel

Dans un contexte très chahuté, rempli d’incertitudes, il est utile de se donner des points de repère. Le budget prévisionnel annuel peut se révéler un outil rassurant pour vous, chef d’exploitation, dans la mesure où il vous permet de voir venir et d’anticiper pour prendre vos décisions de manière éclairée.

Etablir votre budget prévisionnel

Élaborer le budget prévisionnel de l’année à venir consiste à approcher les recettes et les dépenses prévisionnelles pour en dégager un objectif de résultat. Pour certains postes, ce ne sera pas trop compliqué à estimer : la cotisation MSA de l’année à venir est connue dès lors que votre résultat est arrêté, les annuités, les fermages, les assurances, les primes de la PAC…
D’autres postes de recettes et de dépenses peuvent être un peu plus volatils et il conviendra alors de définir des hypothèses. Ainsi, pour approcher vos recettes, vous devrez d’abord définir vos objectifs de production en volume. Concernant les prix, pas d’autre choix que de partir sur des hypothèses jugées plausibles (mais pas certaines) au moment de la réalisation du budget prévisionnel. Il en est de même pour certains postes de dépenses (engrais, aliments du bétail…).
Pour l’analyse du budget, il sera utile de bien garder à l’esprit les hypothèses retenues.

Analyser et prendre les décisions de gestion qui s’imposent

Une fois votre budget prévisionnel établi, il convient de l’analyser.
Celui-ci est-il équilibré ? Autrement dit, les recettes seront-elles suffisantes pour faire face aux dépenses prévisionnelles ?
Si oui, c’est une bonne nouvelle ! Il vous reste alors à mesurer la capacité de résistance de votre exploitation.
Si le prévisionnel fait ressortir un excédent de trésorerie prévisionnel de 15 000 € et que vos intrants les plus volatils (engrais, aliments, carburants…) pèsent pour 100 000 € dans votre prévisionnel, cela signifie que vous pouvez assumer une hausse de 15 % sur 12 mois par rapport aux hypothèses de prix que vous avez retenues avant d’être obligé de puiser sur vos réserves. C’est le moment aussi de faire le lien avec votre dernier bilan : l’exploitation dispose-t-elle de réserves suffisantes ou faut-il prévoir de les consolider avec l’excédent budgétaire prévisionnel ?

Si le prévisionnel met en avant un risque de déficit du budget, il convient d’anticiper les actions possibles :

  • Quelles améliorations peuvent être apportées au fonctionnement actuel pour viser l’équilibre du budget sur le moyen terme ?
  • Quelles solutions peuvent être mises en œuvre pour gérer le court terme (modulation des annuités d’emprunts, pause dans les remboursements si vos contrats d’emprunts le prévoient, financement de fonds de roulement si un accroissement de production explique ce déséquilibre de trésorerie attendu…) ?

Il est toujours préférable d’agir en amont, avant que la situation ne se dégrade trop : cela vous permet d’abord de rester plus serein et plus crédible face à vos partenaires, notamment votre banquier.

Composer et formaliser votre prévisionnel

Enfin, il s’agit de mettre en forme toutes ces données pour permettre une analyse selon deux axes :

  • La rentabilité économique : construction d’un compte de résultat ou de soldes intermédiaires de gestion prévisionnels, permettant de vérifier l’équilibre économique et la capacité bénéficiaire du projet.
  • Les flux de trésorerie : établir le budget « argent entrant – argent sortant », en intégrant des opérations de trésorerie non comprises dans le compte de résultat.

Ce travail statuera sur les conditions de réussite du projet. En poussant la réflexion, on pourra même mesurer la sensibilité au risque ou les marges de manœuvre, en simulant par exemple l’impact d’une sous-réalisation de chiffre d’affaires.

Actualiser régulièrement en fonction des évolutions du marché

Votre prévisionnel vous donne une meilleure lisibilité de l’année à venir. Toutefois, dans le cas où ce dernier fait ressortir un budget déficitaire, il est judicieux de l’ajuster en cours d’année, surtout si les marchés sont volatils. Les prix de vente sont meilleurs que prévu ? À l’inverse, le prix des intrants est supérieur ? Quel sera l’impact de ces écarts sur votre budget ? Faut-il ajuster le plan d’action ?

NOTRE CONSEIL :
Le budget prévisionnel annuel est bien adapté quand le système de production évolue peu. Si vous avez des projets de développement ou d’évolution conséquente de votre exploitation, mieux vaut réaliser un business plan. Cette étude, plus poussée, permettra l’analyse de votre projet dans toutes ses dimensions et aboutira sur un budget prévisionnel pluriannuel.

Sandrine Jean, Responsable d’équipe conseil agricole

Article issu du magazine Cerfrance « Gérer pour Gagner » mai, juin, juillet 2022 – Retrouvez l’intégralité du magazine dans votre espace client.