Icon Check Horaires Twitter Envoyer Recherche Lecture Linkedin Téléphone Facebook Email Devis Fermer Logo Cerfrance Long Arrow Arrow Agence Mon compte Information
Toutes les actualités

12 mars 2021 - Expert comptable & Conseil de gestion

Le seuil de rentabilité

seuil-de-rentabilite

Tout dirigeant a besoin de connaître son seuil de rentabilité. Cet indicateur est la pierre angulaire du pilotage de l’entreprise. En effet, comment mesurer l’efficacité de ce pilotage si l’on ne sait pas quel est l’objectif à atteindre ?

Définir son seuil de rentabilité

La première étape consiste à identifier les charges à couvrir et à les répartir en fonction de leur nature. De ce point de
vue, il existe deux grandes catégories de charges : les charges dites variables et les charges fixes.

Comme leur nom l’indique, les charges variables fluctuent en fonction du volume d’activité. Pour un artisan, ces charges correspondent aux matières premières engagées pour la réalisation des prestations. Pour un commerçant, il s’agit des achats de marchandises destinées à la revente. L’identification de cette catégorie de charges permettra de calculer le taux de marge de l’entreprise nécessaire à la définition de seuil de rentabilité.

De leur côté, les charges fixes ne sont pas ou peu influencées par le volume d’activité. Figurent dans cette catégorie les charges courantes telles que les loyers, les assurances, les frais de publicité… À cela s’ajoutent les rémunérations des salariés et dirigeants (salaires, cotisations sociales), les impôts et taxes acquittés par l’entreprise (Contribution économique territoriale…) ou encore les charges en lien avec les investissements passés (amortissement et frais financiers).

Passer de l’équilibre économique au seuil de rentabilité

Faire la somme de ces charges permet de déterminer un objectif de chiffre d’affaires à réaliser pour atteindre l’équilibre économique. Toutefois, se limiter à cette approche est insuffisant dans la mesure où, à ce stade du calcul, l’entreprise ne perd pas d’argent… mais elle n’en gagne pas non plus. La recherche de l’équilibre ne peut pas être une fin en soi, l’entreprise doit se doter d’un matelas de sécurité qui lui permettra de faire face à un coup dur, de consolider sa trésorerie ou tout simplement d’améliorer sa capacité d’autofinancement.

C’est pourquoi la détermination du seuil de rentabilité doit également intégrer un objectif de bénéfice. Dès lors, les
besoins à couvrir correspondent à l’addition suivante : charges variables + charges fixes + bénéfice

Une base de réflexion pour conforter l’entreprise

Le seuil de rentabilité permet de définir un niveau de chiffre d’affaires à atteindre. Mais attention, ce chiffre ne doit pas rester virtuel, il doit être réalisable au regard des moyens dont disposent l’entreprise et sa clientèle. Si ce n’est pas le cas, le dirigeant devra s’interroger sur le niveau de ses charges, son positionnement commercial, l’organisation du travail… autant de questions salutaires pour le devenir de l’entreprise.

Dernière recommandation, cet indicateur doit être régulièrement actualisé pour tenir compte de l’évolution de l’entreprise, de l’apparition de charges nouvelles, d’investissements… Cela permet du même coup, de valider la capacité de
l’entreprise à faire un chiffre d’affaires suffisant pour couvrir ses charges.

Serge Thomas, conseiller d’entreprise

Article issu du magazine Cerfrance « Gérer pour Gagner » Novembre Décembre 2020 Janvier 2021 – Retrouvez l’intégralité du magazine dans votre espace client.