Icon Check Horaires Twitter Envoyer Recherche Lecture Linkedin Téléphone Facebook Email Devis Fermer Logo Cerfrance Long Arrow Arrow Agence Mon compte Information
Toutes les actualités

04 novembre 2020 - Performance & Conseil en stratégie

Quelles réactions face aux imprévus ?

entreprise-femme

Pour un chef d’entreprise à l’activité fluctuante, savoir gérer ses émotions est essentiel. Tout dirigeant se voit confronté, au cours de sa carrière, à des difficultés qui engendrent du stress, de l’angoisse ou encore de la colère. Se reconnaître vulnérable permet d’anticiper, de faire face aux aléas de la vie entrepreneuriale et d’en sortir grandi. Isabelle Jonet, consultante, vous donne ses clés pour traverser ces épreuves et maîtriser au mieux vos émotions.

La vie entrepreneuriale est loin d’être un long fleuve tranquille

En tant que dirigeant d’entreprise, vous êtes en première ligne pour gérer les imprévus du quotidien. Certains
événements vous impactent plus que d’autres, avec des répercussions non seulement sur l’entreprise mais aussi sur
vous, personnellement. Ces hauts et ces pas sont générateurs d’émotions.

Les émotions font partie de la vie entrepreneuriale. Elles sont motrices pour agir. Ainsi, la joie d’entreprendre, ou la colère contre une injustice, donne la force de déplacer des montagnes. Et la crainte est une protection afin d’aborder avec prudence un défi. Mais face à certaines difficultés inattendues, les émotions, jusqu’alors contenues, peuvent vous submerger.

Alors, comment tenir la barre contre vents et marées ? D’abord, identifier les émotions et attitudes suscitées par ces imprévus. Puis, chercher à comprendre comment y faire face.

Enfin, retirer de la difficulté rencontrée des enseignements positifs pour l’avenir.

Les différentes réactions amplificatrices du stress

Le déni ou la banalisation des émotions liées au stress, une erreur à ne pas commettre !

Quand le stress surgit, le déni de l’inquiétude est un réflexe possible. Il s’agit de se montrer fort, de serrer les dents,
surtout quand on est dirigeant et que l’on estime, à juste titre, avoir une responsabilité vis-à-vis de ses employés. Le
risque est alors de surinvestir l’action.

Autre tentation : les autres deviennent refuge. Dans ce cas, vous voilà tenté de sauver la Terre entière. Cela revient à nier
vos émotions et à induire une dépense d’énergie supérieure, voire contre-productive, au risque de perdre votre discernement. “Refuser ses émotions, c’est prendre le risque de se transformer en cocotte-minute !” explique
Isabelle Jonet. “C’est quelque part faire preuve de maltraitance vis-à-vis de soi-même. Vous prenez le risque
de voir ressortir ces émotions empêchantes beaucoup plus tard et de manière inappropriée”.

Agresser tout ce qui bouge pour extérioriser le stress.

Autre réflexe, bien humain, le stress intérieur se transforme en humeurs exécrables : autour de vous, on rase les murs ! Si tel est le cas, reconnaissez votre attitude. Osez dire à votre équipe “Je ne suis pas bien en ce moment. Je suis agressif…”. “Ayez l’humilité”, ajoute notre consultante, “de vous excuser et rassurez votre entourage en expliquant quels moyens vous
mettez en place pour vous apaiser et gérer la situation”.

Rester dans la sidération pour se protéger.

Submergé par la panique, vous êtes comme tétanisé. La sidération est un réflexe protecteur. Toute votre tête vous
protège en vous plaçant dans une bulle psychique au sein de laquelle, vous semble-t-il, rien ne peut vous atteindre.
Isabelle met en garde : “La sidération, si elle peut nous protéger, est très violente pour l’organisme. Elle doit rester temporaire”.

Se dévaluer : une attitude qui nous coupe de nos ressources propres.

Dans ce cas, vous retournez la perception du risque contre vous-même. L’auto-évaluation tronquée vous fait dire que vous n’en sortirez jamais et vous pouvez tomber dans une anxiété non maîtrisée.
Quelle que soit votre réaction, vous faites bien souvent de votre mieux. Néanmoins, sans culpabiliser, faites la vérité sur votre fonctionnement pour gagner en liberté et reprendre les rênes de votre entreprise.

Cinq étapes à suivre

1 – Faire face au réel

“Accueillir ses émotions c’est accepter sa vulnérabilité, c’est le premier pas pour être fort” souligne Isabelle. Déroutant ?
Nommer, c’est déjà prendre de la distance avec l’événement, ce qu’il suscite en vous. C’est, peu à peu, identifier ce qui est à la racine de votre réaction. Accueillir : “Je suis à fleur de peau… J’ai envie de tout bazarder… Je n’ai pas envie de me lever le matin… Je ne sais plus où j’en suis…” S’interroger : “Qu’est-ce qui m’habite ? Qu’est-ce qui est touché ?”

2 – Faire mémoire

Au quotidien, notez une action réalisée par le passé qui restaure de la confiance en vous. Prenez du temps pour retrouver vos facultés de raisonnement. J.P. Rouanne, gérant de Laine et Compagnie, prend appui sur le passé pour traverser la crise de la Covid-19 : “Des périodes d’incertitudes, j’en ai traversées. Je fais en sorte que l’équipe se sente accompagnée, que l’on fasse bloc. Ça secoue, mais je suis à la barre !”

3 – Evaluer la situation

Ayant retrouvé vos facultés, réalisez un diagnostic pour évaluer la situation. Quelle est la réalité du risque ? Quels sont mes atouts ? Sur qui et sur quoi puis-je prendre appui ? Quelles sont les solutions possibles ?

4 – Miser sur le collectif

Autant le dire, la complexité de la vie rend la gouvernance bien compliquée pour le chef d’entreprise solitaire. Développé
en amont, le management participatif et bien-traitant permet en temps de crise de prendre appui sur son équipe. Cela sécurise les hommes et le système.

5 – Enfin et surtout : anticiper. Gouverner, c’est prévoir !

Des enseignements positifs sont à retirer lorsque l’épreuve est traversée. Lorsque la peur et la colère sont dépassées, que retirer de cette expérience ? “Dans l’épreuve, on peut apprendre sur nous, notre équipe.
Parce qu’ensemble, nous avons traversé les problèmes, trouvé des solutions, cela génère une grande satisfaction. Le philosophe Spinoza nous rappelle que tout apprentissage est générateur de joie. Toute réalisation collective élargit notre pouvoir d’agir, renforce notre puissance sur le monde… Et cela génère de la joie.”

Emmanuelle Parou, conseillère en accompagnement managérial

Article issu du magazine Cerfrance « Gérer pour Gagner » Août Septembre Octobre 2020 – Retrouvez l’intégralité du magazine dans votre espace client.