Icon Check Horaires Twitter Envoyer Recherche Lecture Linkedin Téléphone Facebook Email Devis Fermer Logo Cerfrance Long Arrow Arrow Agence Mon compte Information Téléphone
Toutes les actualités

26 juillet 2021 - Expert comptable & Conseil de gestion

Gestion des imprévus

chef-entreprise-imprevus

La vie d’un chef d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille. On dit souvent qu’on passe son temps à gérer des problèmes, des imprévus. Certains, quand ils sont diagnostiqués à temps perturbent temporairement le fonctionnement, d’autres ont des conséquences plus dramatiques sur l’entreprise. La personnalité de chacun va souvent faire la différence. La justesse de la réponse et des actions que va mettre en œuvre le chef d’entreprise est primordiale.

Des imprévus qui diminuent l’activité

Dans les petites entreprises, la non-disponibilité de la main-d’œuvre est souvent l’imprévu récurrent. Que ce soit pour des raisons de maladies ou d’accidents, ou plus compliqué pour des raisons de départs de l’entreprise, il faut réagir vite et trouver une solution de remplacement pour ne pas impacter la production. Or, dans ces petites entreprises, il est difficile de compenser en interne la pénurie temporaire de main-d’œuvre, notamment pour les tâches techniques. Sur une équipe de six salariés, deux indisponibilités ce sont 30 % des capacités de production qui sont affectés. Sur une période longue
(plus de trois mois) l’impact est majeur ! Dans le domaine du BTP, les imprévus grevant l’activité sont les décalages
de plannings en cascades, les conditions climatiques, l’indisponibilité de matières premières… Dans ce secteur, les interdépendances sont nombreuses et les défauts de coordination sont fréquents. Cela peut avoir pour conséquence des pénalités de retard ou même des annulations de commandes.

Des imprévus dans la compétition des marchés

L’arrivée de concurrents, d’enseignes avec des offres concurrentes (compétition par les prix), oblige à répondre rapidement sous peine de voir une partie des clients quitter l’entreprise. Attention cependant à ce que l’ajustement du prix ne soit pas la seule réponse à cet imprévu, notamment si les nouveaux prix sont en dessous des coûts de revient.
Les actions à mettre en œuvre vont alors concerner l’offre en elle-même et son contenu. À la compétition prix, on doit
répondre par une compétition prix/services. Les petites entreprises n’ont pas d’autre choix que d’élever leur niveau de
prestation pour répondre aux imprévus économiques.

Les contraintes réglementaires ou législatives

Les évolutions réglementaires sont rarement anticipées. Soit le règlement est décidé rapidement par les pouvoirs publics (c’est le cas du confinement) et les restaurants n’ont même pas le temps d’écouler les stocks en réserve. Soit cela relève d’un processus législatif, donc plutôt long, mais les différents secteurs concernés anticipent peu et attendent la dernière minute pour se conformer. Il faut dire aussi que les décrets précisant le cadre des nouvelles normes sont souvent peu connus. Bref, les imprévus réglementaires demandent un temps d’adaptation et perturbent en cela le fonctionnement et la productivité de l’entreprise.

Pour finir, on peut aussi évoquer les imprévus liés au process de production en lui-même : les imprévus sanitaires par
exemple. Tous les champs sont concernés et les entrepreneurs se retrouvent parfois seuls. D’où l’intérêt de cultiver
aussi son réseau professionnel qui sera souvent d’un grand soutien.

Jacques Mathé, économiste

Article issu du magazine Cerfrance « Gérer pour Gagner » Février Mars Avril 2021 – Retrouvez l’intégralité du magazine dans votre espace client.