Icon Check Horaires Twitter Envoyer Recherche Lecture Linkedin Téléphone Facebook Email Devis Fermer Logo Cerfrance Long Arrow Arrow Agence Mon compte Information
Toutes les actualités

15 juillet 2020 - Expert comptable & Conseil de gestion

Chiffre d’affaires, production ou recettes ?

Article – Gérer pour Gagner

Le vocabulaire comptable a ses subtilités. Le chiffre d’affaires, la production ou encore les recettes correspondent à des situations précises et peuvent parfois présenter des contradictions. Il est indispensable pour tout entrepreneur de maîtriser ces termes. Nous vous aidons à y voir plus clair.
Emmanuel Grange, conseiller d’entreprise

Les différences entre chiffre d’affaires, production et recettes ne sont pas toujours évidentes à saisir. La confusion doit pourtant être dissipée car il s’agit de notions nécessaires pour gérer une exploitation au quotidien. Et pour que l’échange avec votre comptable soit constructif, rien de mieux que de parler le même langage !

Le chiffre d’affaires

Il s’agit certainement du terme le plus utilisé pour parler du volume de votre activité. Sa définition est relativement simple : c’est l’ensemble des ventes facturées au cours de l’exercice. Il peut s’agir de ventes de récoltes, de lait, d’animaux ou encore de produits transformés. Il ne tient donc pas compte des stocks de produits que vous avez pu constituer en vue de les vendre ultérieurement (fourrages, céréales, animaux, produits finis, etc). Le chiffre d’affaires est toujours exprimé hors taxes et porte sur les ventes effectuées dans l’exercice, qu’elles soient encaissées au non.

La production de l’exercice

Cette notion est plus vaste  : la production est constituée des ventes de l’exercice et des variations de stocks de produits. Elle mesure les richesses créées dans l’exercice qui doivent être rattachées à la campagne concernée, qu’elles soient vendues ou non. Pour l’obtenir, il convient de partir des ventes, en excluant celles qui portent sur des produits de l’exercice précédent et en rajoutant les produits qui seront vendus dans l’exercice suivant. Par exemple, une augmentation de valeur d’un stock d’animaux va se traduire par des produits, bien qu’ils n’aient pas été vendus, car il s’agit d’une création de valeur potentielle.

C’est la production qui est utilisée pour déterminer le bénéfice de l’année.

Les recettes de l’exercice

La notion de recette ne traduit pas un niveau d’activité mais le montant des encaissements réalisés par l’entreprise. Les recettes sont exprimées TTC et tout professionnel sait que la TVA n’est pas une ressource sur laquelle compter. Les recettes sont encaissées avec un délai de règlement plus ou moins long. Pour une année donnée, une exploitation peut très bien avoir encaissé plus de recettes qu’elle n’a réalisé de chiffre d’affaires. Ces recettes peuvent être liées à des ventes réalisées sur un autre exercice et recouvrées tardivement.

Des indicateurs à analyser

Chiffre d’affaires, production et recettes sont donc des notions qui méritent de ne pas être analysées isolément. C’est leur combinaison qui révèle le fonctionnement de l’exploitation  : capacité à vendre, à créer de la valeur et à encaisser de la trésorerie. Des différences notables peuvent exister entre la comptabilité et la perception de l’entrepreneur, souvent axée sur la trésorerie.

Ce n’est pas parce que le chiffre d’affaires ou la production s’améliorent que
la trésorerie s’en ressent instantanément, du fait des délais de règlement ou de perception de compléments de prix. À l’inverse, l’encaissement de ventes réalisées sur l’exercice précédent peut occulter une diminution de la production de la campagne en cours. Si vous travaillez en vente directe, il est probable que votre chiffre d’affaires, votre production et vos recettes soient proches. À l’inverse, si vous travaillez en circuit long ou avec des professionnels, des décalages plus significatifs peuvent exister. En fait, ces notions ne permettent pas seulement de quantifier un volume d’activité ou d’encaissement, elles sont le point de départ d’une analyse plus globale de l’exploitation et de ses perspectives à court et moyen terme.